AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

 

 Kim Yu Ra ❦ A rose always has thorns

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

avatar
Invité
MessageSujet: Kim Yu Ra ❦ A rose always has thorns   Ven 15 Jan - 19:58:15

nom
Kim, nom commun qui  signifie or.
prénom
Yu Ra, prénom qui me destinait à une vie posée et de raison, c'est raté.
âge
Je ne suis plus tout à fait qualifiable de jeune femme, je n'ai toutefois pas encore atteint les canoniques 30 années de vie. Bien que l'on ne demande pas habituellement son âge à une dame, je consens à vous informer que je comptabilise 28 ans à mon compteur.
date & lieu de naissance
Je suis née en 1989 (et oui ne pas oublier cette satanée pensée coréenne qui nous fait avoir un an dès notre naissance)  le 13 janvier dans la belle Seoul, du moins, avant qu'elle ne connaisse les outrages de la guerre.
nationalité
Coréenne
orientation sexuelle
Bien qu'il m'arrive parfois de me perdre entre les jambes d'une petite sirène sortie des eaux, je préfère mille fois le charme viril et la solidité des monts masculins contre lesquels on peut se déchaîner en toute tranquillité.
emploi, études
Je pratique la profession de prothésiste ongulaire dans le plaisant quartier de Seodaemun-gu, j'ai même la chance de posséder mon propre établissement. Toutefois, j'exerce également l'activité d’informatrice de choc dans le plus grand des secrets, j'espère que les vôtres sont bien gardés!
groupe
 Engagés.
avatar
 Son Ga In [Brown Eyed Girls]
caractère
La neige ne cesse de tomber derrière la vitre épaisse de l'appartement cosy de la brune qui observe avec un certain détachement cette nuée cotonneuse s'abattre sur sa ville natale. Lovée dans un plaid pelucheux, elle caresse distraitement la tête de sa compagne à quatre pattes. Aujourd'hui, Yu Ra porte le masque des mauvais jours, une chance, elle n'a pas à sortir. Cacher ce sinistre visage étant une tâche éreintante les jours où elle devait se montrer alors que ce dernier est peint sur ses traits. Un cliché de celui qu'elle ne connaîtra jamais entre les mains, l'informatrice parle à un interlocuteur inconnu.

« Je me demande si tu aurais aimé la neige. Sûrement, rares sont les enfants qui n'aiment pas ça . Je serais emmitouflées et grelotante de froid, mais je répondrais que ton bonhomme de neige est très beau. Je suis même certaine que tu me dirais " Maman, il a froid." avec un air entendu et monsieur Snowman crânerait avec sa belle écharpe. » *Un soupir las s'échappe d'entre ses lèvres.* « Mais tout cela ça n'arrivera jamais, tu n'es plus depuis bien longtemps. Toutefois, même après 8 ans, tu sais peu sur moi, laisses-moi au moins un peu te parler de celle qui ne sera jamais ta mère...

♦️ Comme tu l'entends souvent, je n'arrive pas à m'empêcher de te parler, je ne peux pas me résoudre à t'oublier complètement... Il m'arrive même parfois de regretter ce choix que j'ai fait jeune fille, certes, tu n'aurais pas eu de père, mais tu avais le droit de vivre... Mais, une enfant en élevant un autre, aurait-ce été raisonnable ? Je ne sais même pas comment j'aurais fait pour subvenir à tes besoins. Toutefois, j'ai gardé l’échographie de cet œuf qui aurait pu être un petit moi. J'espère que tu ne m'en veux pas, je suis terriblement désolée...

♦️ Une chose est sûre, jamais plus je ne me retrouverai à faire ce choix . Personne ne le sait aussi, mais, j'ai prit la décision de me faire stériliser volontairement en Angleterre. Tout ça pour faire passer cela pour un simple voyage à ma mère. J'avais 21 ans lorsque c'est arrivé, j'ai eu tout le mal du monde à convaincre un gynécologue de le faire à une femme aussi jeune. Mais il faut croire que mon harcèlement téléphonique a eu raison de ses réticences. Quelques mois plus tard, étant toujours sûre de mon choix, il a finit par m'opérer.

♦️Bien maintenant, passons aux choses plus joyeuses et futiles me concernant. Tu aurais eu une maman très féminine, tu vas me dire, comme toutes les coréennes ou presque. Je n'aime guère sortir démaquillée, non pas que je ressemble à une morte sans, mais j'apprécie me réinventer chaque jour. Je peux même affirmer que je fais partie des femmes qui poussent leur féminité jusqu'au bout des ongles. Je les porte longs et le nail-art est une simple formalité pour la prothésiste ongulaire que je suis. Quant à mon style vestimentaire je ne me refuse rien, si les mini shorts ou jupes passent bien, les décolletés eux, le sont bien moins en Corée. Peu importe, ce n'est pas ça qui m'empêche d'assortir mes stiletos sur lesquels je suis presque constamment  perchées à la tenue que je souhaite.Provocante si on le dit... Mais qu'on ne compte pas sur moi pour rentrer dans le moule de la nunuche coréenne qui se doit de ressembler à la parfaite ingénue pour être qualifiée d'attirante et respectable tout de même.

♦️ Pour continuer dans ce sens, je possède une une collection assez hallucinante de chaussures et de sacs. Je dois également avouer que mes palettes accumulent dans ma coiffeuse et que les rouges à lèvres peinent à trouveur leur place dans leurs présentoirs de plexiglas. On peut également à ajouter cela ma passion dévorante pour la lingerie fine qui s’amoncelle dans mes tiroirs. D'ailleurs, je n'aime pas vraiment les collants, sous une robe je me tournerais toujours tout naturellement vers les bas qui sont bien plus pratiques pour les situations imprévues...

♦️ Bien évidement, être bien apprêtée ne fait pas tout et comme toute coréenne qui se respecte je prends énormément soin de ma peau. Au début cela peut sembler contraignant, mais cela finit vite par devenir un plaisir quotidien, encore plus lorsque l'on peut se targuer d'avoir une peau lisse et rayonnante. En parlant de prendre soin de soi, j'affectionne tout particulièrement les bains délassants avec un thé et de la musique, c'est le bonheur assuré.

♦️ Parfois, ces phases de détente sont tout de même interrompues le temps qu'une petite tornade vienne me lécher affectueusement. Ah Reum est une mignonne petite Shiba Inu âgée de 3 ans qui ignore tout de la notion d'espace privée. Je suis une bien piètre maîtresse, mais... elle a toujours eu le droit de dormir, je sais bien que ce n'est pas une sage chose, toutefois elle est la seule compagnie que j'ai dans mon appartement. Un lien spéciale nous unit toutes les deux. Je suis sûre qu'elle et toi vous vous seriez très bien entendu.

♦️ Le seul homme que j'ai aimé c'est  celui qui a implanté en moi cette graine inespérée. Bien que plus jeune que moi, je n'ai jamais considéré Dae-Hwan comme un gamin. Ça m'a bien trop fait de mal lorsque l'on s'est séparé, maintenant, je fuis l'engagement comme la peste et je me contente d'histoires sans lendemain. C'est bien plus sécuritaire pour mon pauvre cœur qui ne se remettrait probablement pas d'un nouveau coup de poignard. Après il arrive bien évidement que quelques exceptions se glissent de ci et là, mais je prends toujours garde à ne pas tomber dans le piège qu'est l'amour. Pour moi, le seule homme de ma vie restera Dae-Hwan, je reste d'ailleurs très proche de lui et je joue les confidentes lorsqu'il en ressent le besoin.

♦️ C'est lui-même qui m'a permit de savoir manier des armes, blanches de préférences, ou alors de me défendre avec trois fois rien. Il aurait pu m'apprendre à tirer, mais me balader avec une arme à feu sans autorisation... Ce n'est pas vraiment pour moi. Toutefois, j'ai toujours un petit  canif sur moi, il ne paraît pas dangereux comme ça, mais crois moi un petit coup  bien placé dans une artère et il n'y a plus qu'à filer en laissant son agresseur agoniser. Bon je pense que j'appellerai tout de même une ambulance, quoique...

♦️ Tiens, parlons de l'un de mes nombreux défauts, et ce n'est pas faute de tenter de le faire disparaître pourtant. Je fume, beaucoup, trop..... Je ne compte même plus le nombre de fois où j'ai arrêté, ou du moins tenté d'arrêter serait plus juste. Toutefois, au bout d'une semaine de manque et de stress, je replonge sans vergogne dans mes travers. Patchs, spray, inhaleur et j'en passe, n'ont plus de secret pour moi, hélas, ce n'est pas pour autant qu'ils m'ont aidé ne serait-ce qu'un peu.

♦️ Bien nous allons rapidement passer sur ce point vu qu'il n'y a pas grand chose à dire dessus. J'ai les poils en horreurs, ou tout du moins sur mon corps certains hommes ne pouvant être pensés qu'avec une toison soyeuse. C'est  ainsi que, contrairement à bon nombre de coréennes,  j'affiche un corps lisse et ce jusque sous mes dessous. Je n'ai jamais adhéré à cette croyance moyenâgeuse que les poils pubiens épanouis étaient un  signe de fertilité. Et puis... je suis stérile et j'aime lever la patte, alors autant annoncer la couleur non ?

♦️ Ma peau n'est pas aussi lisse que j'ai pu le laisser penser, débarrassée des horreurs précédemment citées, elle peut être parée. Commençons par les lignes encrées sur cette dernière. Deux inscriptions en chiffres romains longent mon flanc gauche, des dates. Elles doivent te dire quelque chose puisqu'il s'agit respectivement de celle où j'ai interrompu ma grossesse et celle où tu aurais pu voir le jour. Une rose audacieuse et épineuse se dissimule au creux de ma cuisse droite, bien que discrète, elle n'est nullement éclipsée par le majestueux cerisier en fleur serpentant le long de mon dos. Pour finir du côté des tatouages, un kanji se niche sur le côté gauche de mon mont de Vénus. Mais ce ne sont pas les seules décorations que peut dénombrer mon corps, quelques discrets piercings ayant eu le loisir de se dissimuler sous mes vêtements. Le premier et le plus facilement remarquable, est celui que je porte à la langue, tout du moins faut-il réussir à me voir rire à gorge déployée, ou alors m'embrasser, chose moins difficile . Quant au reste de mes piercings, je suis également percée aux tétons, au nombril et au capuchon.

♦️ Bien que le sport dans sa définition générale me donne de l'urticaire tant je le trouve rébarbatif, ce n'est pas pour autant que je ne m’entretiens pas. En effet, je pratique en autodidacte depuis plusieurs années maintenant le pole dance, j'en ai même vécu passé un temps. Pour bon nombre d'étroits d'esprit, cette pratique n'est réservé qu'aux stripteaseuse ou aux filles peu fréquentables.... Affligeant, non, c'est surtout un sport sollicitant tous les muscles de notre corps et faisant appel à notre sensibilité artistique .Enfin, ce n'est pas moi qui vais me priver de ce plaisir.

♦️En parlant de danse, j'ai une petite manie qui exaspère ou ravie mes voisins, en général ce sont les hommes qui saluent cette habitudes, les autres... elles sont jalouses! En effet, j'adore me trémousser en petite culotte lorsque je suis chez moi. Cela me détend énormément et a la qualité de me faire brûler des calories

♦️ Je suis pour ne rien gâcher très souple, ce qui est tout de même logique pour une ex-danseuse. J'entretiens ce don naturel par la pratique régulière du yoga qui permet à la stressée que je suis de lâcher prise le temps de quelques postures et étirements.

♦️ Me démarquant encore et toujours de bon nombre de coréennes et puisque je suis une mauvaise mère, je peux te confier que j'adore le sexe. En  aucun cas l'idée d'être gênée par un pareil aveux ne m’effleurerait l'esprit, qu'importe si on me considère comme une salope, je suis à l'aise avec mon corps et ma sexualité. D'ailleurs, l'étoile  de mer, il faut oublier avec moi, au contraire, je préfère de loin chevaucher et dompter la bête si on peut dire. Les hommes sont des gourmandises exquises à consommer sans modération.

♦️ Bien que coréenne, ma mère m'a révélé que mon père était chinois, toutefois, ce dernier ne m'ayant pas reconnu mon métissage ne l'est pas aux yeux de la loi. Enfin, de toute façon, ce n'est pas comme si j'avais réellement des airs chinois. Et puis, coréenne, chinoise, taïwanaise, dans le fond, je serais toujours bridée.

♦️ Je déteste que l'on m'appelle Noona, et ce depuis toujours. C'est tellement.... niais. Toutefois il arrive que je laisse autrui m’appeler ainsi, je ne suis pas une vieille aigrie tout de même, à condition que je voue une certaine tendresse à la personne qui ose me dénommer ainsi.

♦️ Je déteste le froid en général, plus frileuse que moi, je me demande si c'est possible. La neige c'est beau sur une carte postale ou derrière une fenêtre avec un bon chocolat chaud, mais va mettre des talons sur des plaques de verglas ou de poudreuse de m..... Et on en parle de notre allure engoncés dans des couches et des couches de vêtements ? Bref le froid, c'est le mal.


♦️ J'ai pour addiction, en plus de la cigarette, le salé et le thé. La seconde, puisque je l'aime sans sucre, je peux en boire autant que je veux, surtout un aussi bon antioxydant. Pour la première..... c'est plus problématique dirons-nous, si je m'écoutais je pourrais m’empiffrer de mets salés à longueur de journée, mais mes vêtements sont moins d'accord, de ce fait c'est la mort dans l'âme que je veille à ne pas trop me lâcher.

♦️ Je parle couramment l'Anglais, le Français, le Japonais et j'ai quelques notions de Mandarin. J'ai toujours adoré les langues et je fais tout mon possible pour garder un bon niveau, ce qui est fort pratique pour mon activité officieuse.

♦️ Pour finir sur ces quelques anecdotes, je ne connais pas la fameuse tête dans le cul du matin, pour moi il suffit de m'étirer et c'est partie pour une journée de travail. Enfin mes jours de repos je reste plutôt buller au lit ou dans un bain.


Maintenant, nous allons pouvoir nous pencher plus en détails sur le caractère de celle qui aurait pu être chargée de ton éducation.

Femme de caractère, je n'ai pas pour habitude de me laisser marcher dessus ou de jouer les midinettes timides, toutefois je ne rentre pas non plus dans la caricature de la vieille Ajuma acariâtre hein ! C'est juste que je n'adhère pas à l'image de la femme fragile à protéger, j'ai même horreur des personnes voulant me materner, encore plus  maintenant que mes 28 ans sont là. M'occuper de moi, et même des autres, je le fais depuis mon plus jeune âge, il est donc logique que mon côté indépendant soit une partie à part entière de ma personne.  Il n'est pas né celui qui fera de moi une parfaite petite femme au foyer. Bien que je dois l'avouer, il serait plaisant de trouver une paire de bras puissants où l'on pourrait se plaindre. Enfin quoique, connaissant la propension des hommes à se ramollir une fois mariés... Ce serait plutôt moi qui me retrouverai à lui caresser les cheveux en lui disant que tout ira bien.

Rôle que j’emprunte de toute manière naturellement, me faire plaindre, ce n'est résolument pas ma tasse de thé. C'est sûrement de la fierté mal placée, mais peu importe, c'est cette dernière qui m'a permit d'avancer dans la vie. Bon, ça et ma ténacité à toute épreuve.Je dois néanmoins reconnaître que cet entêtement à vouloir rester forte coûte que coûte peut être parfois éreintant, pouvant occasionner des blessures bien plus profondes encore. Ceci est à l'image de ma mélancolie qui est apparue avec les années, je n'aime guère être abattue mais... ma famille me manque, même si tu n'as jamais mit un pied en dehors de mon ventre, toi, Dae-Hwan aussi . Enfin même si je suis soulagée, j'ai vu une interview il y a peu. Ce fut surprenant de voir qu'il avait finalement survécu à cette guerre, il faudrait que je pense à aller le retrouver un de ces jours. Enfin, peut-être que nous-nous croiserons par hasard, nous faisons parti de la même faction après tout.

Enfin, ce n'est pas pour autant que je vais lui tomber dans les bras non plus, il me connaît, plus pudique que moi dans le domaine des sentiments, c'est rare. Toutefois ce n'est pas pour autant que je ne suis pas une personne qu'il faut fuir, du moins c'est ce que disent les gens qui m’entourent. Bien qu'étant une grande chieuse assumée à mes heures, je reste une amie fidèle sur qui on peut compter à toute heure du  jour ou de la nuit. Lorsque j'aime, je ne compte pas, ma mère m'a apprit à être dévouée à ceux que l'on aime et je ne la remercierai sans doute jamais assez pour toute cette bonté qu'elle a pu insuffler dans ma vie et mon éducation. Après je suis gentille, mais il ne faut pas pousser l'Ajuma dans le bain d'oursins, si l'on me fait un sale coup.... Je ne ferais sûrement rien, mais je retiendrai étant extrêmement rancunière. Trait relativement féminin pour le coup je dois l'avouer. Après, si ce n'est qu'une petite boutade un peu trop poussée ou un désistement au dernier moment justifié, je me contenterai de bouder la personne un ou deux jours, question de principe et de logique féminine.

En parlant de féminité, la confiance en soi est un de mes crédo. M'assumant jusqu'au bout des griffes, je ne suis pas du genre à perdre mes mots devant la première personne influente venue. Bien au contraire même, je suis de celles que les vieilles chouettes nous servant de professeur qualifient de « petite impertinente ». Que veux-tu, l'arrogance et la provocation ont toujours été des armes pour une femme aussi frêle que moi, mais dire que je ne prends aucun plaisir serait mentir... Outrer les bien pensant ou ceux dont les chevilles ne rentrent plus dans leurs chaussures cirées est un passe-temps assez distrayant. Bien souvent ces mêmes idiots font parti de mon tableau de chasse, on aime avoir une femme obéissante et dévouée, mais quand il est question d'une maîtresse, la donne change subitement... Charmeuse, j'évolue presque continuellement dans un climat de séduction, et ce quelque soit l’apparence de la personne face à moi. C'est incroyable tout ce que l'on peut apprendre lorsque l'on se sert correctement de cet outil. L'humain est bien faible pour garder ses secrets lorsque l'on flatte son égo, une aubaine pour une informatrice.

Les hommes qui me croisent ou on eu l'honneur de passer dans mon lit, ou ailleurs il ne faut pas être sectaire, ont bien des mots à mon sujet. On me décrit comme charismatique, ce serait de la fausse modestie que de nier que ce qualificatif ne me fasse pas plaisir. Je travaille après tout beaucoup pour arriver à preil résultat, je ne suis pas une potiche que l'on met en pot. Très peu pour moi les sourires guindés, je préfère déstabiliser avec mon esprit aiguisé, la culture est une nourriture nécessaire chaque jour .Et oui, même une femme à la belle apparence a le droit d'être intelligente, n'en déplaise aux mauvaises caricatures. Mais ce n'est pas la seule chose que ces mâles m'ont confié, parfois sur l'oreiller. Sensuelle, ça aussi je ne peux le démentir, ma voix sait se faire de voleur lorsqu'elle frôle un lobe d'oreille, mes mains savent où caresser et où griffer afin d'attiser, quant à la vue... Je m'assure qu'elle soit toujours au goût de mon public.  Assistance m'avouant qu'elle reprendrait bien encore un peu du doux poison que je sais distiller dans son esprit . Je fleure bon l'aventure, l'interdit, le refus des tabous et les codes brisés, toutefois, il est bien souvent impossible de résister à ce cocktail olfactif détonnant. Telle une araignée, j'installe avec soin ma toile autour de ma proie avant de pouvoir la dévorer avec un délice certain.

Mais arrêtons là sur le discours mélioratif, redescendons un peu sur terre sinon je vais m'y croire. Garder les pieds sur terre, en voilà une bonne idée, ces foutus libertaires feraient bien de se le mettre en tête, les idéaux c'est pour les rêveurs. Ceux qui construisent l'avenir, c'est ceux qui agissent. Terre-à-terre et pessimiste ? Je te réponds absolument! Ces choses ne font pas de mal et évitent bien des déceptions, on tombe moins de haut tout du moins... Après, je peux dire sur cette faction, ce n'est pas pour autant que je ne commette jamais d'impair. Le courage c'est une bonne chose, mais vois-tu j'ai tendance à pousser un peu trop loin mon côté téméraire, ceci frôlant presque l'inconscience parfois. Je ne suis pas idiote, mais... le goût du risque doit y être pour quelque chose. Cette ivresse est l'un des meilleurs revigorant qu'il soit, je la nomme, l'adrénaline. Très instinctive, il est tout naturel pour moi de suivre mon instinct, et ce, même si il peut me mener dans de drôles de situations de cocasses à inextricables. Pas tant que ça au final puisque je suis encore là pour te raconter tout ça.

Pas si maniérée que cela, mes connaissances pourront aisément affirmer que je suis assez vulgaire quand je m'y mets, après tout un putain ou un merde n'a jamais tué personne. Cela permet de vivre plus longtemps et ça détend paraît-il même, alors pourquoi s'en priver? Je pense que si l'on me retirait les injures et la clope, je ne ferai pas long feu je pense. Véritable boule de stress ambulante, les moments de détente complète sont une utopie pour moi et mon dos ferai de la concurrence à la tignasse d'un enfant ayant trop joué dans les champs. Enfin, j'aurais bien du mal à blâmer ces derniers, ne me roulant tout de même pas dans la boue, je ne tiens pas pour autant en place et je ne supporte pas d'être inactive, ça aide à être multitâche tout ça non ?  Pour finir, mais tu dois t'en douter, je suis une véritable tête de mule et je hais avoir tort, c'est pour cela que je te demanderai un peu d'indulgence pour ta mauvaise pauvre mère qui ne veut pas avoir une nouvelle fois la sensation de s'être trompée à ton sujet... »

histoire
Ah, j'allais oublier, merci de me le rappeler silencieusement, il faudrait que je te parle de tout ce qui a bien pu m'arriver au cours de ma vie qui a été assez bien remplie. Parcours peu classique, mais à mon image.

Comme tout le monde, il a bien fallut que je naisse, et c'est le 13 janvier 1988 que j'ai eu l'idée de débarquer dans la vie de ma mère. Quel beau paradoxe de naître en hiver sous la neige alors que l'on déteste ça tu ne trouves pas ? La vie a un bien drôle sens de l'humour parfois, qui doit ne la faire rire qu'elle-même si tu veux mon avis. Ma mère alors célibataire au moment de ma venue au monde le restera jusqu'à la fin de ses jours, ce qui me vaudra et à ses autres enfants quelques difficultés dans la vie. Petite chose frêle et sans défense, j'ignorais encore que je deviendrai l'aînée d'une fratrie de quatre enfants composée de deux jumelles et d'un garçon. Tu te doutes bien que nous ne sommes qu'en réalité demi-frères et demi-sœurs, mais cela ne changeait rien à l'amour que je pouvais porter à ces trois petits monstres que j'ai presque élevé moi-même.

Je n'ai pas grande chose à dire sur le début de ma vie, tout allait bien jusqu'à ce que je rentre à l'école. C'est dans cette cour de savoir où j'ai prit ma première leçon quant à la méchanceté humaine. Au début, mes camarades, vierges de tout aprioris arriérés, avaient bien sympathisé avec moi et je m'étais même fait quelques amis. De quoi bien commencer sa première année scolaire, mais c'était sans compter sur les langues déliés des si respectables épouses et mères de famille modèle. Du jour au lendemain, plus personne ne voulait partager un jouet avec moi et la camarade qui était à côté de moi en classe ne daignait plus m'accorder un seul regard. Puis les mots, bien qu'enfantins, sont arrivés ma mère était une « mauvaise dame qui n'a pas de mari » et j'en passe . Avec les années se sont durcis, mais ce n'est que le soir, blottie contre mon ours en peluche que je laissais mes joues devenir humides. C'est d'ailleurs très jeune que je me suis passionnée pour la beauté, être bien apprêtée avant d'aller à l'école, c'était ma façon de dire merde aux autres . Si on ne m'enviait pas ma situation familiale, on le ferait avec mon sens du style.

C'est à l'âge de 7 ans que je suis devenue une sorte de petite maman de substitution pour mon frère et mes sœurs. Se retrouvant avec trois bouches à nourrir, ma mère multipliait les heures supplémentaires et parfois elle ne rentrait pas de la nuit.  Avec les années, je sais très bien que ta grand-mère ne faisait pas que travailler au combini du coin... Si tu n'as pas comprit, ce n'est pas d'une grande importance, c'est même préférable. C'est ainsi que je me suis retrouvée à mener de front ma vie d'écolière, puis de collégienne et enfin lycéenne avec celle de mère de substitution à mi-temps. De ce fait, j'ai pu développer une très grande complicité avec mes cadets qui me le rendaient plutôt bien la plupart du temps. Quant à ma mère, elle faisait tout ce qu'elle pouvait pour nous et se désolait à chaque noël de ne pouvoir rien nous offrir si ce n'est le plaisir d'une sortie familiale pour manger une douceur sucrée.

Je n'ai rien d'autre à ajouter au sujet de mon enfance et de mon adolescence qui ont été relativement banales hormis les points dont je t'ai parlé. Ce n'est qu'à mes 18 ans que ma vie a prit un nouveau tournant. Pleine de rêve et avec mon bon bulletin de notes, j'aspirais à devenir un maître de barreau qui viendrait en aide à la veuve et l'orphelin. Maintenant, je suis bien plus pessimiste quant à cette vision utopique de cette profession où l'on pense le plus souvent à prendre les clients avec le plus de moyens... Ma mère ayant de plus en plus de mal à boucler les fins de mois, je n'ai pu que me résoudre à stopper mes études après mon bac. Elle a pourtant essayé de me dissuader, mais ma décision était prise et c'est l'été de mes 18 ans que j'ai postulé à mon premier job, celui de cantinière. Mon collège ayant gardé un excellent souvenir de moi, c'est tout naturellement qu'ils m'ont aidé à m’insérer dans la vie professionnelle en m'embauchant. Je dois avouer qu'à la rentrée des vacances d'été, ce fut assez étrange  de revoir certains de mes anciens professeurs, certains étaient même déçus de me voir là. Et oui on ne peut hélas pas toujours faire ce que l'on veut dans la vie.

C'est à cette époque que j'ai fait la connaissance de Dae-Hwan, un adolescent vraiment agréable, peu causant certes, mais calme. Et Dieu que c'était reposant avec tous ces élèves un peu trop remuants. Je le voyais souvent rester devant le collège après les cours l'air morne. N'aimant pas voir de élèves broyer du noir, c'est en toute logique que je lui ai proposé une oreille attentive et une présence rassurante. J'aurais aimé avoir ça quand j'en bavais avec les autres jeunes de mon âge, mais peut-être que je ne serais pas aussi forte aujourd'hui.  Lui aussi retardait son retour chez lui, n'ayant guère envie d'affronter la maladie, unn vrai petit warrior je te dis... Un charmant jeune homme aussi, oui, du haut de mes 19 ans, je n'ai pas su résister à sa belle déclaration qu'il avait du répéter des heures durant devant sa glace. C'était la première fois que l'on m'en a fait une, en fait, j'en ai jamais reçu d'autres ... Bien que me sentant légèrement coupable, nous nous sommes mit ensemble le jour de sa déclaration . Ce fut la meilleure année de ma vie, sans mentir. Je me sentais aimée, mes sœurs et mon frère pourraient étudier, et je me préparais petite à petit à prendre mon envol vers l'indépendance.

Pourquoi un an ? Nous nous sommes séparés oui, mais pas parce que les sentiments n'étaient plus présents, loin de là ! Bien au contraire même... L'état de la mère de Dae-Hwan s'étant amélioré, le médecin de famille leur avait conseillé un changement d'air et Busan était toute indiquée. C'est ainsi que, la mort dans l'âme, nous avons prit la décision de nous séparer. Oui, on aurait pu tenter de rester ensemble mais.... nous allions faire souffrir l'autre de notre absence et les appels téléphoniques ne suffiraient pas. Quant à la possibilité de nous voir il ne fallait même pas en parler . Toutefois, ce n'est pas pour autant que nous avons coupé les ponts et il nous arrivait assez fréquemment de nous appeler ou d'échanger par courrier dans un premier temps, histoire de laisser les sentiments s'éteindre tout doucement.

Les semaines passent et c'est quelques jours après l'arrivée de ma première lettre à la poste de Busan qu'un fait inhabituel attira mon attention. Mes règles n'étaient toujours pas arrivées. Non, impossible, je prenais religieusement tous les soirs ma pilule à heure fixe, comment serait-ce possible. Tout de même inquiète, j'ai finit par acheter en cachette un test de grossesse histoire de me rassurer. Le lendemain matin, stressée comme pas permit, me voilà accroupie au dessus de mes toilettes avec ce fichu test en main... Deux barres... Les larmes ont commencé à couler sur mes joues. Comment allais-je faire ? Dae-Hwan n'était plus là, j'étais affreusement jeune, je n'avais pas de revenus, je ne voulais pas que mon enfant vive sans père et hors mariage  et... je ne pouvais pas imposer ça à Dae-Hwan, il avait une vie à construire. Je suis tellement désolée petit bout...

Mes larmes ravalées, ma décision était prise, je ne pouvais pas te garder dans ma vie, je ne pouvais pas t'offrir une vie décente et je ne me sentais pas prête à assumer le rôle de mère. Dans le plus grand des secrets, j'ai pris rendez-vous dans le centre le plus proche afin de chasser la vie qui grandissait en moi. Les regards désapprobateurs et la froideur, je m'y attendais, mais je ne pensais pas que cette épreuve serait aussi difficile. Tu n'étais pas assez durablement installé, ainsi une simple IVG médicamenteuse suffirait à tout arrêter m'avait alors expliqué ce médecin crispé sur son siège. Une pilule, puis une autre un peu plus tard dans les jours qui suivent. Je ne me souviens plus des noms, et je ne veux pas m'en souvenir. Par contre, je me rappelle très bien de ces heures douloureuses où je devais feindre d'avoir mes règles devant ma famille. Puis, après ce deuxième comprimé, ce fut la libération. Tout du moins ça aurait du être ainsi, mais après expulsion de ce petit œuf qui abritait la vie, un immense sentiment de culpabilité m'avait envahi. Une meurtrière, voilà ce que j'étais, je t'avais privé de la vie et te voilà gisant dans les toilettes d'un appartement qui avait connu des jours meilleurs. La chasse tirée, les larmes avaient eu le temps de sécher, la culpabilité elle, continuera de ruisseler à jamais sur mon âme.

L'été de mes 21 ans, encore sonnée par ce qui m'était arrivé, j'ai enfin pu faire la paix avec ce corps qui m'avait trahi. Des mois que je harcelais ce médecin pour accepter de me stériliser volontairement. Bien que coréenne, la France s'était vu accorder mes bonnes grâce et parlant la langue couramment je pouvais faire passer tout cela pour un simple voyage. Tous mes amis me demandèrent comment s'était passé mon séjour parisien, je répondais tout sourire « Très bien ! ». Si ils savaient, mais je ne tenais pas à me faire traiter de folle et même aujourd'hui tu es la seule personne à partager mon secret, mes secrets. C'est triste de n'être liés que par ça tu ne trouves pas ? Libérée de ce poids, j'ai également enfin prit mon envol du domicile familiale à 22 ans, j’avais besoin de respirer et d'avoir mon chez moi. J'enchaînais les petits boulots divers et variés et une partie de ma paye était destinée à aider ma mère . Je voyais également de temps à autre mon ex lorsqu'il était en permission, on ne faisait pas que se voir parfois. Oui, c'était très intelligent à faire j'en conviens, mais lorsque l'alchimie des corps parle, on ne peut plus faire grand chose à part s'y plier. Il a finit par m'avouer qu'il avait des sentiments pour son meilleur ami, dès lors je me suis cantonnée à mon rôle de noona. J'avoue avoir été un peu blessée à l'époque, peut-être que j'étais en train de retomber amoureuse ? Oublions...

Lassée par tous ces petits boulots qui défilaient dans ma vie, j'ai subitement eu le besoin de prendre un chemin moins diffus .  L'esthétique c'était pour moi, j'étais passionnée depuis mon plus jeune âge, mais ce n'est pas avec trois wons en poche que j'allais pouvoir me payer une formation de prothésiste ongulaire. Ni une ni deux, je suis allée le soir même accompagnée de mon culot dans la première boîte du coin, je me suis trémoussée toute la nuit sur une barre et j'ai fini par exiger de voir le patron. Et bien crois-moi ou non, le lendemain je signais un contrat. J'ai exercé ce métier pendant deux ans, deux ans où j'ai pu me former et chercher un local. Ma mère n'approuvait pas plus que ça, mais me soutenait tout de même, priant sûrement pour que j'ouvre mon salon le plus rapidement possible. Après tout, c'est compréhensible qu'une mère n'aime guère imaginer sa fille se trémousser à moitié nue devant des hommes aux regards lubriques. Moi, je les aimais beaucoup, c'était eux qui laissaient les meilleurs pourboires dans mes tenues affriolantes.

Mes 25 années de vie fêtées, j'ai enfin pu ouvrir, non sans fierté, mon propre établissement. J'avais réussi à construire quelque chose grâce à ma ténacité, une grande fierté pour moi. Hélas, je n'ai pu profiter de cette bulle enchantée qu'une année à peine, la guerre ayant décidé d'éclater au milieu de nos vies bien rangées. Ces foutus terroristes.... Et ceux qui les manipulaient surtout, si seulement j'avais pu en refroidir un ou deux.... À la place, c'est à cette époque que je suis devenue une informatrice de choc, et il faut dire que je me suis révélée être sacrément douée, la séduction étant mon meilleur livreur d'informations croustillantes. Bien que le danger était omniprésent, j'aimais aussi cette vie pleine d'aventures et de rebondissements, jamais je ne m'étais sentie aussi vivante qu'en côtoyant la mort, drôle de paradoxe hein ? Le seul événement malheureux pour moi fut... la perte de ma famille, nous allions faire un repas, comme au bon vieux temps, pour oublier cette guerre. Ce soir là, une mission m'avait mise en retard... Moi qui n'aime guère l'être, c'est ce qui m'a sauvé la vie.... Mais n'en parlons pas plus, laissons-les en paix et je ne tiens pas à  pleurer encore une fois.

Enfin, nous arrivons à aujourd'hui, la guerre n'est plus, des clans sont apparus. Fière d'être une engagée, je suis restée informatrice en parallèle de ma première profession. J'ai même ma petite Ah Reum avec moi depuis un petit moment maintenant, elle égaye bien ma vie cette petite boule de poils, bon et bien... Je vais te laisser, j'ai une amie qui souhaite passer à la maison, je t'aime...


derrière l'écran
Flemme oblige mais ne voulant pas laisser un éventuel lecteur dans la panade, je t'invite à cliquer ICI très cher
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité
MessageSujet: Re: Kim Yu Ra ❦ A rose always has thorns   Ven 15 Jan - 20:01:46

Maintenant que j'ai eu le premier message, je peux éditer :p

Re-bienvenue Je ne doute pas que tu vas bien t'amuser avec la jolie Gain, puis une engagée, ils se sentiront moins en minorité comme ça xD

Et ça, c'est de la part de Sinjae
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité
MessageSujet: Re: Kim Yu Ra ❦ A rose always has thorns   Ven 15 Jan - 20:10:33

Merci et ouai, on remplit un peu on va dire

Et sinon pour son chaton elle dit =>
Revenir en haut Aller en bas
Avatar : Kim Young Kwang
Messages : 115
rps : 2
Date d'inscription : 03/01/2016
avatar
Conservateur
Conservateur
MessageSujet: Re: Kim Yu Ra ❦ A rose always has thorns   Ven 15 Jan - 20:19:47

Toi!  T'as juste pris l'une des femmes de ma vie (à savoir, Sulli, Gain, Hyosung et Dara).
Je ne réponds plus de moi, non. En plus t'es engagée

fighting pour ta fiche:
 


just double-sided
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

avatar
Invité
MessageSujet: Re: Kim Yu Ra ❦ A rose always has thorns   Ven 15 Jan - 20:28:31

Oh toi aussi t'as Dara dans ton harem, comme on se comprend

Et oui ça manquait de vert ici

Et merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii pour cette vague d'amûr uhuh
Revenir en haut Aller en bas
Avatar : bae joo hyun/irene (red velvet)
Messages : 24
rps : 2
Date d'inscription : 08/01/2016
avatar
Engagé
Engagé
MessageSujet: Re: Kim Yu Ra ❦ A rose always has thorns   Ven 15 Jan - 21:20:50

Sehwan il se sent plus avec Gain
Rebienvenuueeeeeeee loveeeeee (je t'accueille avec Hyerim parce qu'elle est plus gentille que Jojo )
tu as succombé rapidement c'est bien
Je connais déjà quelques petits trucs sur cette petite mais j'ai hâte de lire ta fiche en entier COURAGE
love et amour sur toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

avatar
Invité
MessageSujet: Re: Kim Yu Ra ❦ A rose always has thorns   Ven 15 Jan - 21:28:28

T'as vu ça, le coquinou

Merciiiiiiiiiiiiiii Oui pi HyeRim c'la copine à Yu Ra ( enfin Jojo aussi mais plus dans ce sens là => )

Ouai et avec une fille en plus

Et promis je ferai tout pour qu'elle déçoive pas
Revenir en haut Aller en bas
Avatar : Han Groo
Messages : 50
rps : 2
Date d'inscription : 05/01/2016
avatar
Conservateur
Conservateur
MessageSujet: Re: Kim Yu Ra ❦ A rose always has thorns   Ven 15 Jan - 22:48:36

Han sexy Gain, good choice
Re-bienvenue :D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

avatar
Invité
MessageSujet: Re: Kim Yu Ra ❦ A rose always has thorns   Ven 15 Jan - 22:58:42

Merci future partenaire de l'ordre eh eh
Revenir en haut Aller en bas
Avatar : Im Jae Beom ; JB (GOT7)
Messages : 35
rps : 2
Date d'inscription : 23/12/2015
avatar
Libertaire
Libertaire
MessageSujet: Re: Kim Yu Ra ❦ A rose always has thorns   Sam 16 Jan - 7:20:20

Gain + engagé + toi = victoire
Re-bienvenue, ton perso m'a l'air vraiment intéressant Bon courage pour ta fiche toussa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

avatar
Invité
MessageSujet: Re: Kim Yu Ra ❦ A rose always has thorns   Sam 16 Jan - 9:15:00

Je m'y fais toujours pas d'avoir une fille, je vais encore buger longtemps

Et merciiii par trois fois
Revenir en haut Aller en bas
Avatar : Lee Chae Rin (CL)
Messages : 90
rps : 0
Date d'inscription : 14/12/2015
avatar
Libertaire
Libertaire
MessageSujet: Re: Kim Yu Ra ❦ A rose always has thorns   Sam 16 Jan - 13:19:57

Rebienvenuuuuuuuuuuue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

avatar
Invité
MessageSujet: Re: Kim Yu Ra ❦ A rose always has thorns   Sam 16 Jan - 13:23:23

Merciiii
Revenir en haut Aller en bas
Avatar : Yong Jun Hyung (BEAST)
Messages : 255
rps : 1
Date d'inscription : 13/12/2015
avatar
Engagé
Engagé
MessageSujet: Re: Kim Yu Ra ❦ A rose always has thorns   Sam 23 Jan - 18:54:59

tu es validé-e !
Félicitations à toi cher petit! Te voilà maintenant plongé en plein dans le monde des grands. Et maintenant que tu as choisi ton camp (et c'est peu de le dire ), il va falloir faire tes preuves! Cliques donc sur les liens qui te sont proposés afin de t'aider dans ton apprentissage de la vie et viens t'amuser en notre compagnie dès que ceci est fait! Encore une fois félicitations et on t'aime mon p'tit, sache-le!

++ Impec', comme d'habitude ! Validée sans plus de cérémonie \o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Kim Yu Ra ❦ A rose always has thorns   

Revenir en haut Aller en bas
 

Kim Yu Ra ❦ A rose always has thorns

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Epo dragoune rose
» nez rose clignotant....
» le nez de Certiclignote rose, qu'est ce qu'il veut me dire?
» Chronique Politique - Le Flamand Rose par LouisHubert
» La Cabale de la Rose d'Ebène.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New World Disorder  ::  :: L'IDENTIFICATION :: DOSSIERS :: DOSSIERS ERRONÉS-